Archive for the ‘Communiqué’ Category

h1

Étude du Projet de loi sur les mines… La mainmise des mines sur le territoire doit cesser

21 mai 2010

Communiqué                   Pour diffusion immédiate

Étude du Projet de loi sur les mines…

La mainmise des mines sur le territoire doit cesser

Québec, le 20 mai 2010 – « La mainmise des mines sur le territoire doit cesser, il est temps de revoir la Loi sur les mines pour éliminer les inégalités causées par la préséance des droits miniers ». Voici ce qui ressort des mémoires présentés cette semaine par Nature Québec et la Société pour la nature et les parcs du Canada – section Québec (SNAP-Québec), dans le cadre de la commission parlementaire sur le projet de loi 79, loi modifiant la Loi sur les mines. Les deux organismes profitent également de l’occasion pour publier un feuillet d’information grand public « Miner le Québec…ou le protéger ? », feuillet évoquant les impacts des droits miniers sur la mise en place du réseau d’aires protégées.

La mise en place du réseau d’aires protégées, dans les régions où il y a de l’exploration et de l’exploitation minière, est un exemple flagrant des impacts de la préséance des droits miniers sur les autres usages du territoire. Actuellement, la conservation de territoires n’est possible que si le secteur minier ne manifeste aucun intérêt pour un site. En fait, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) bloque non seulement tout projet de conservation s’il y a un titre minier alloué (claim), mais il le bloque également sur la présomption d’un simple potentiel minier. « Tous les usages sont égaux quand on aménage un territoire, mais il semble que les mines soient plus égales que les autres. » mentionne Christian Simard, directeur général de Nature Québec.

Les deux groupes croient que si le Québec veut assurer une protection adéquate de sa biodiversité et respecter ses engagements en matière de conservation, cette situation devra changer. Des critères écologiques, appuyés par la science, permettent de guider la création des aires protégées.  « Mais actuellement, ces critères sont souvent recalés au second rang : ce sont les critères économiques qui déterminent les contours des aires protégées. Il faut que ça change car la protection des territoires ne peut se faire n’importe où et n’importe comment », affirme Patrick Nadeau , directeur de la conservation de la SNAP-Québec.

Nature Québec et SNAP-Québec s’inquiètent pour la protection de certaines régions. Même si le Québec a atteint 8 % de protection du territoire, il existe des carences importantes dans certaines régions. Pour plusieurs d’entre elles, la présence de titres miniers ou de permis d’exploitation gazière ou pétrolière entrave sérieusement la protection du territoire et l’atteinte du nouvel objectif de 12 % d’aires protégées.

Le secteur forestier a entrepris un virage vert. La nouvelle loi sur l’aménagement durable du territoire forestier est basée sur des principes de gestion intégrée et propose des modifications importantes au plan de l’aménagement du territoire, dont l’aménagement écosystémique. «  Il est nécessaire que le secteur minier s’oriente vers un développement responsable. C’est une question de cohérence. Sinon, le gouvernement devra expliquer pourquoi ce qui est bon pour le secteur forestier ne l’est pas pour le secteur minier » mentionne Christian Simard .

Les inquiétudes des deux groupes concernent également la démarche du Plan Nord. Il est essentiel d’aborder la planification du nord avec une nouvelle approche. « Il faut cesser de protéger ce qui reste et aller vers un principe de « conservation d’abord ». Cela implique d’éliminer la préséance des droits miniers »conclut   Patrick Nadeau .

Le document « Miner le Québec….ou le protéger ? », ainsi que les mémoires de Nature Québec et de SNAP-Québec sont disponibles en ligne.

— 30 —

Nature Québec  (www.naturequebec.org) est un organisme national à but non lucratif qui regroupe près de 5000 individus et 100 groupes affiliés œuvrant dans les domaines de l’environnement et du développement durable. Fondé en 1981, l’organisme s’est prononcé publiquement au cours des années sur un grand nombre de questions environnementales, dont les aires protégées, l’agriculture, l’exploitation forestière et le développement énergétique.

La SNAP est, depuis 1963, la voix canadienne pour la protection de la nature sauvage autant en milieu terrestre que marin. Au Québec, nous travaillons depuis 2001 à la protection de notre patrimoine naturel. Vous pouvez vous informer de nos actions en visitant notre site web http://www.snapqc.org.

Information :

Mylène Bergeron, coordonnatrice aux communications, Nature Québec

Tél. :  418-648–2104  418-648–2104 poste 2074

ou  418-931-1131  418-931-1131

communications@naturequebec.org

Sophie Paradis, directrice des communications, SNAP Québec

Cellulaire :  514-603-7627  514-603-7627

sparadis@snapqc.org

h1

CONVOCATION MÉDIAS : Le Comité de vigilance de Malartic en commission parlementaire

17 mai 2010

CONVOCATION MÉDIAS

Le Comité de vigilance de Malartic en commission parlementaire

LA FACE CACHÉE DU PROJET MINIER D’OSISKO

Québec, le lundi 17 mai 2010 – Vous êtes conviés à la commission parlementaire sur les mines pour entendre le témoignage et les recommandations du Comité de vigilance de Malartic concernant le projet de loi 79 sur les mines et le mégaprojet minier de la compagnie minière Osisko. « Le Comité de vigilance de Malartic et les familles qu’il représente jugent essentiel de présenter la face cachée de ce mégaprojet, laquelle n’a pas été dévoilée par la compagnie Osisko la semaine dernière lors de sa présentation devant la commission », annonce Me Nicole Kirouac, avocate à la retraite et personne-ressource du Comité de vigilance de Malartic.

Date :     mardi, 18 mai 2010

Heure :  15 h

Lieu :     Assemblée nationale de Québec, salle Louis-Hippolyte-La Fontaine

Commission agriculture, pêcheries, énergie et ressources naturelles

Consultations générales et publiques concernant le projet de loi 79 sur les mines

Trois familles, membres du Comité de vigilance de Malartic, présenteront également des recommandations et des témoignages personnels devant la commission à compter de 16 h mardi. « Nous pensons que ce que la loi a permis à Malartic ne devrait plus jamais être permis dans une nouvelle loi. Beaucoup trop d’individus et de familles ont soufferts. Il faut prévoir une autre façon de faire pour mieux protéger les citoyens », insiste un membre d’une des familles affectées.

Me Kirouac et les familles présentes sur place se rendront disponibles pour répondre aux questions des journalistes. Des copies écrites des mémoires et des témoignages sont disponibles sur demande.

-30-

Pour information :

– Me Nicole Kirouac, personne-ressource Comité de vigilance de Malartic, c.819.354.1911

– Jacques Saucier, porte-parole Comité de vigilance de Malartic, c.819.856.8931

– Pour rejoindre directement les membres des familles présentes : c.819.860.1072

– Pour des copies écrites des mémoires et témoignages :ulapointe_quebecmeilleuremine@yahoo.com

Le Comité de vigilance de Malartic a vu le jour au cours de l’été 2007 lors de rencontres de citoyens touchés par le plus grand projet de mine d’or à ciel ouvert au Canada. Les objectifs du comité sont multiples : assurer un suivi et une vigilance face aux différentes phases du projet, accompagner le mieux possible les citoyens dans le besoin, et faire pression sur le gouvernement afin de corriger les lacunes actuelles des lois minières. Ayant connu des taux de participation variant de 20 à 250 personnes, le Comité se compose aujourd’hui d’un groupe stable de 30 individus et familles affectés par le projet. Le Comité collabore toujours auprès de dizaines d’autres citoyens de Malartic, de même qu’auprès d’organismes régionaux et nationaux, dont la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine !

h1

Ouverture des consultations parlementaires sur les mines

12 mai 2010

Ouverture des consultations parlementaires sur les mines

Appel aux députés pour faire du Québec un modèle

Québec, le 12 mai 2010 — La coalition Québec meilleure mine ! lance un appel aux députés de tous les partis et au ministre responsable Serge Simard pour qu’ils s’élèvent au-dessus de la partisannerie et des lobbys et qu’ils fassent du Québec un territoire modèle en terme de développement minier. La consultation parlementaire qui s’ouvre aujourd’hui à Québec doit permettre de faire une révision en profondeur de notre régime minier et aller bien au-delà du timide projet de loi 79 proposé par le gouvernement. Pour Ugo Lapointe, de la coalition, « Le Québec doit à la fois corriger les lacunes de l’encadrement actuel des mines, notamment en visant l’excellence en termes de redevances minières, de protection des citoyens, de protection de l’environnement et de développement responsable des gisements miniers. Il s’agit de ressources non renouvelables qui nécessitent une application plus rigoureuse des principes du développement durable ».

« On invite le ministre responsable, Serge Simard, à faire preuve d’ouverture et de vision en parrainant une loi dont tous les Québécois pourront être fiers. Ça fait longtemps qu’on attend une modification de la loi sur les mines, la dernière d’importance ayant eu lieu il y a plus de 20 ans. Beaucoup de choses ont changé depuis et plusieurs font le constat que des changements concrets sont nécessaires », explique Nicole Kirouac, avocate à la retraite et personne-ressource du Comité de vigilance de Malartic.

« Cette commission est l’occasion de remettre les pendules à l’heure et de ramener l’encadrement du secteur minier au 21e siècle. Les nombreux événements qui ont marqué le secteur minier au cours des dernières années nous rappellent que cette loi a besoin d’être restaurée jusque dans son cœur », insiste Henri Jacob, de l’Action boréale.

La coalition Québec meilleure mine ! veillera au grain lors de cette commission. « Nous suivrons avec attention les interventions des différents organismes. Nous souhaitons des changements qui permettront de mettre concrètement le Québec en peloton de tête des états aux niveaux du partage équitable des bénéfices, de la protection des citoyens et des collectivités, de la restauration environnementale des sites miniers et du développement responsable de nos gisements », affirme Christian Simard, de Nature Québec.

Plusieurs des membres de la coalition présenteront d’ailleurs des mémoires au cours de cette consultation parlementaire. « Ce seront autant d’occasions d’approfondir et d’exposer des problématiques réelles de l’encadrement actuel du secteur minier, tout en proposant des pistes de solutions concrètes », explique Ugo Lapointe.

La coalition présentera également un mémoire dans lequel elle identifiera cinq recommandations principales pour corriger les lacunes actuelles et projeter le Québec vers un développement responsable de ses ressources minérales.

On peut suivre les commentaires de la coalition sur son blogue et son site Twitter: https://loisurlesmines.wordpress.com/ et http://twitter.com/quebecmines/.

-30-

Pour information :

Ugo Lapointe, 514.708.0134, ulapointe_quebecmeilleuremine@yahoo.com

Christian Simard, 418.931.1131, christian.simard@naturequebec.org

Henri Jacob, 819.738.5261, info@actionboreale.org

________________

La coalition Québec meilleure mine ! a vu le jour au printemps 2008 et est aujourd’hui constituée de plus d’une quinzaine d’organismes représentant plusieurs milliers de membres au Québec. La coalition s’est donnée pour mission de revoir la façon dont on encadre et développe le secteur minier au Québec, dans le but de promouvoir de meilleures pratiques aux plans social et environnemental. La coalition juge essentiel d’engager et de maintenir un dialogue constructif avec les différents intervenants du secteur minier québécois, le gouvernement du Québec, de même qu’avec les communautés et les citoyens qui sont directement affectés.

Les membres actuels de la coalition : Action boréale Abitibi-Témiscamingue (ABAT)  ▪  Association de protection de l’environnement des Hautes-Laurentides (APEHL)  ▪  Coalition de l’ouest du Québec contre l’exploitation de l’uranium (COQEU) ▪ Comité vigilance Malartic (projet minier Osisko)  ▪  Conseil central de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) en Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec  ▪  Écojustice  ▪  Forum de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM  ▪  MiningWatch Canada  ▪  Mouvement Vert Mauricie  ▪  Nature Québec  ▪  Professionnels de la santé pour la survie mondiale  ▪  Regroupement pour la surveillance du nucléaire  ▪  Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE)  ▪  Sept-Îles sans uranium Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) ▪ Société pour la nature et les Parcs (SNAP-Québec) ▪ Tous nouveaux membres sont les bienvenus.